jeudi, octobre 21, 2021
A LA UNE

RDC : Kinshasa accueil 4 nouveaux ponts

189views

C’est ce 31 décembre 2020, que le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, a conclu l’année avec l’inauguration, de quatre ponts routiers qui devraient faciliter le trafic dans la mégapole de plus de 10 millions d’habitants.


Ses symboles de sa politique de grands travaux, annoncée après son élection avait connue un coup d’arrêt minée par la corruption. Kinshasa, l’une des capitales les plus peuplée d’Afrique sera plus que jamais désengorgée, c’est le rêve de plusieurs.


L’inauguration de ces ouvrages intervient alors que Kinshasa, vit en croissance constante à l’heure du couvre-feu, décrété par le président face à la recrudescence des cas de Covid-19 dans la capitale.


Si ces échangeurs ont pu voir le jour ce n’est pas le cas, des autres “grands travaux” annoncé dans le programme de 100 jours du président de la république.
Son directeur de cabinet et principal allié politique, Vital Kamerhe et un entrepreneur libanais ont été accusés du détournement d’environ 50 millions de dollars devant servir à financer, la construction de maisons pré-fabriquées destinés aux fonctionnaires.


Avec l’inauguration des sauts de mouton, “Fatshi béton” conclut un mois de décembre mené tambour battant qui a redistribué les cartes du pouvoir en RDC, plus grand pays d’Afrique subsaharienne.
Le 6 décembre, le chef de l’État a annoncé la fin de la coalition qu’il formait avec son prédécesseur Joseph Kabila, toujours majoritaire au Parlement.


Dans la foulée, Tshisekedi a demandé une nouvelle majorité “d’Union sacrée” au Parlement pour soutenir sa politique de réformes – dont la lutte contre la corruption – soutenue par l’Union européenne et les États-Unis.


Sur fond d’achat présumé des voix, le camp du président a enregistré des ralliements qui lui ont permis de renverser la présidente pro-Kabila de l’Assemblée, Jeanine Mabunda.


En face, l’ancien président Joseph Kabila reste quasi-muet face à l’offensive de son successeur et les premières divisions et défections au sein de sa machine de guerre politique, le Front commun pour le Congo (FCC).


Lundi, le président Tshisekedi en position de force a remis à leur place les gouverneurs des 26 provinces du pays très majoritairement acquis à l’ancien président Kabila.

CONTENU SPONSORISE

Leave a Response

Polelecd.com

Polelecd.com

Polelecd.com
La presse libre, POLELECD.COM créé le 16.12.2020