Browsing: État de siège

L’écrit « merci État de siège pour la paix » placé sur le monument de la paix au quartier les volcans dans la ville de Gome, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, suscite une grande polémique au sein de la population.

Érigé en 2011 par les contingents Uruguayens de la MONUSCO, ce monument avait été retouché par les autorités de l’État de siège avec une visibilité faisant état de l’amélioration de la situation sécuritaire dans la province du Nord-Kivu.

Certains habitants de la ville de Goma pensent que des tels messages ne sont pas à privilégier pour l’instant vu la situation sécuritaire jusqu’à présent, n’est s’est pas toujours améliorée. La plupart sollicitent sa supression les gens continuent non seulement à être massacrés Beni, mais subissent aussi la criminalité en ville de Goma.

« *C’est très intéressant de repeindre le monument de la paix, mais malheureusement le message qui y est écrit est un moquerie pour la population qui continue à souffrir et être massacrée chaque jour, d’où il doit être supprimé* » dit un activiste des droits humains de la place

Tout en décriant la persistance de l’insécurité dans la province du Nord-Kivu, ce dernier appelle les autorités à se concentrer plutôt sur la sécurité de la population et supprimer ces écrits qui témoignent, selon lui une moquerie envers la population meurtrie.

Signalons que l’État de siège est une mesure exceptionnelle décrétée par le chef l’État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, pour rétablir la paix dans les provinces de l’ituri et du Nord-Kivu, plus d’une année après son instauration, les groupes armés continuent à attaquer la population civile et à piller leur bien.

Héritier ramazani

Ces statistiques sont révélés à travers un rapport actualisé portant sur l’etat de siège et ses paradoxes nommé “Rapport Yotama 2” qui a ensuite été remis au cabinet de Félix Tshisekedi.

À part les morts, ce document indique également que plusieurs dégâts matériels ont été répertoriés dont plus de 222 engins réduits à vendre et près de 549 habitations incendiées pendant la période de l’administration Militaire instaurée dans le but de réduire les violations à la partie Est de la RDC.